La Boîte à Rêves

Ces dernières années, Entreprise a beaucoup rimé avec… Crise.
Crise économique dans un contexte de morosité généralisée et d’uberisation de l’économie, mais aussi crise de sens pour des collaborateurs déboussolés en quête de « quelque chose d’autre ». Entre les jobs out, les bored out et les burn out, comment réveiller les collaboratrices et les collaborateurs qui s’endorment sans rêve à défaut de s’épanouir et de trouver du sens dans l’Entreprise?

Capgemini Consulting et la start up The Boson Project ont interrogé 2500 Français qui rêvent ici leur entreprise et dévoilent les clés de leur engagement.

A travers cette enquête engagée, résolument optimiste, assurément tournée vers demain, nous vous proposons de finir votre lecture avec des rêves plein les yeux, idéalement d’en ressortir boosté à bloc pour faire de votre entreprise ou de votre job… a place to dream.

Ouvrez la Boîte à Rêves
en 3 temps

 

Le Rêve et l’Entreprise:
Je t’aime, moi non plus

 

« Et toi tu rêves en entreprise ? L’entreprise te fait-elle rêver ? »
Imaginez-vous poser cette question à votre entourage et cherchez à anticiper les
réponses que vous allez récolter…
Et bien non, vous faites fausse route ! Quand on demande aux Français, râleurs
de réputation, de prendre du recul et de se pencher le temps d’un instant sur
ces deux notions à priori antinomiques… ils sont positifs!
 

Rêve et Entreprise, ça matche !

Pour 82% des répondants, Rêve et Entreprise « matchent »,
c’est un couple compatible.
Q: Rêve et Entreprise, est-ce compatible ?
 
+Voir les résultats par âge et sexe

Le Rêve, c’est vital !

Au-delà de la compatibilité, il y a en réalité
une impérieuse nécessité de rêver.
Q: Pour vous, rêver en Entreprise est :
 
 

Le Rêve, source d’engagement

Le rêve n’est pas un simple outil RH d’attraction et de rétention des talents, c’est un formidable levier de performance.
Q: As-tu besoin de rêver pour t'engager ?
 
+Voir les résultats par âge et sexe

Dis-moi comment tu rêves,
je te dirai qui tu es

 

Nous sommes tous des rêveurs différents : des rêveurs effrénés, des rêveurs qui oublient tout au réveil, des rêveurs
éveillés… Il en est de même en Entreprise. Nous avons essayé de dresser les grands portraits des rêveurs qui se dessinent au sein des 2 500 répondants et souhaitons vous en présenter les principaux.
 

Les rêveurs « Moteurs »

Pour eux, rêver en entreprise c’est compatible et c’est même vital. Ces hommes et ces femmes rêvent déjà dans leur entreprise mais pourraient s’engager davantage pour un projet qui leur parle, qui leur apporte du sens. Collaboratifs dans l’âme et en attente d’un collectif fort, ils considèrent que leurs collègues sont les mieux placés pour les aider à se dépasser.

Les « Belles au bois dormant »

Ces collaborateurs endormis avouent ne pas rêver dans leur entreprise et sont en majorité des collaboratrices (à 56%). Des Femmes qui ne rêvent pas car elles ne trouvent pas leur place, ni leur sens, dans des entreprises souvent un brin patriarcales ? Cette famille attend de la confiance pour rêver, et le prince charmant (ou la princesse charmante) ayant le pouvoir de les réveiller serait un(e) leader avenant(e), inspirant(e), à l’écoute, à même de leur offrir cette confiance…. Encore faut-il que le baiser magique n’arrive pas trop tard.
 
 

Les « Pragmatiques »

Une famille un peu moins onirique, les « Pragmatiques » voient l’Entreprise et le travail comme un moyen de gagner son pain.

Les « Loups solitaires »

Au sein de notre panel, 10% de « Loups solitaires » n’ont besoin de personne en particulier pour rêver ou se dépasser.
 

 

Les clés du Rêve

 

Nous voilà donc convaincus de l’importance du Rêve, clé d’engagement et donc clé de
performance en Entreprise.
Jolie théorie, mais qu’en est-il de la pratique ? Car oui, le plus dur reste à faire : faire rêver.
Comment faire briller les étoiles dans les yeux des collaborateurs ?
Voici quelques clés. A bon entendeur…
 

Le temps du Rêve

A la question ouverte « de quoi aurais-tu besoin pour rêver ? », le « temps » a été la réponse plébiscitée par le plus grand nombre de répondants. N’est-ce pas cela le vrai investissement pour les entreprises aujourd’hui : investir dans le temps, le temps indispensable au rêve et à l’engagement ?
Q : De quoi aurais-tu besoin pour rêver ?
 

Le temps du bon temps

Nous sommes loin des rêves traditionnels : les collaborateurs sondés rêvent de prendre leur pied pour 35 %, d’entreprendre pour 27 % et d’apprendre continuellement pour 18 %.
Q : Ton rêve en entreprise ce serait quoi ?
+Voir les résultats par sexe

Des promesses employeurs à réinventer

La stabilité

 
Moins de 1% des répondants rêvent « d'avoir un job stable et plus de sécurité »

L’argent

 
Moins de 7% des répondants se dépasseraient pour « de l’argent »

Rêver via un projet porteur de sens

47 % des répondants se disent prêts à se donner avant tout pour un projet dans lequel ils trouvent du sens et du plaisir.
Q : Qu’est-ce qui te pousserait à te dépasser ?
+Voir les résultats par âge
 

Le manager de proximité ou le facilitateur du rêve

La personne qui pousserait les salariés à se dépasser est le manager pour près de la moitié des répondants (45%). Un chiffre très fort qui valorise ce maillon souvent chahuté en entreprise.
Q : Et qui te pousserait à te dépasser ?
+Voir les résultats par sexe
 

Le leader de demain: un
« dream catcher » qui inspire le rêve

Le leader détient la clé ultime du rêve en Entreprise : pour 40% des répondants, le leader doit donner « la passion » à ses collaborateurs, avant même de donner une vision (35%), un champ d’actions (16%) ou l’information (9 %). Ce leader dream catcher présente 3 caractéristiques principales : il est pluriel, accessible et à l’écoute.
+Voir les résultats

 

L’Entreprise rêvée :
à quoi ressemble-t-elle ?

 

Rêvons un peu, beaucoup, passionnément. Rêvons pour de bon. Elle ressemblera à quoi l’Entreprise de nos rêves ?
Ces trois utopies en passe de se réaliser, ces trois futurs souhaitables ne sont pas incompatibles les uns avec les autres et l’on peut envisager aisément que l’Entreprise de demain combinera des éléments de chacune des projections suivantes. Une chose est sûre : l’Entreprise qui existera encore demain, celle qui aura survécu, n’aura pas eu d’autre alternative que de se transformer en profondeur pour devenir un territoire d’accueil pérenne des rêveurs de talent.
 

L’Entreprise Atomique :
l’écosystème et l’ouverture

« Bienvenue dans notre cosmos. Tu seras riche de la diversité de tes aventures »
Je suis une magnifique mécanique constituée d’un cœur business et de satellites gravitant autour de moi. Je m’inscris dans un écosystème qui fluctue au gré des opportunités et des enjeux qui se présentent ; je suis une mutante, me réinventant constamment. Mes satellites apportent de nouveaux savoir-faire et enrichissent l’ensemble par leur vision et leur dynamique propres. Je ne suis rendue possible que par mon cœur, plus petit dénominateur commun et juridique reliant mes différents atomes.
+Ouvre la Boîte à Rêves

L’Entreprise Incubateur : les talents et le collectif

« Sois l’entrepreneur de ta vie et mets à disposition
du collectif ton talent et ta créativité »


J’ai pour mission première de révéler les talents, d’offrir aux potentiels des territoires d’expression dans lesquels ils vont prospérer, inventer, se développer et remettre en question les modèles établis.
Mon enjeu premier n’est pas la constitution d’un écosystème mais la création d’une pépinière à potentiels.
Sans me réduire à un hébergeur ou un espace de co-working, j’agrège les talents autour d’une mission commune : la mienne. Pour ce faire, j’apporte bien plus que des moyens techniques ou financiers : je fédère les hommes autour d’un horizon commun. Je permets à chacun, sur mon terrain, de bâtir son projet, en mettant en place un terreau propice à l’entrepreneuriat et l’intrapreneuriat.
 
+Ouvre la Boîte à Rêves
 

L’Entreprise à Valeurs :
le sens et le projet

« Engage tes valeurs »

Cette Entreprise est incarnée par des valeurs fortes et assumées, portées par une mission à long terme. Les décisions business ne peuvent être prises que si elles sont en accord avec les grandes valeurs de l’Entreprise, inscrites dans la « constitution ». Ce n’est pas une entreprise qui est dans le consensus mou, mais c’est une organisation qui se pose une exigence absolue : les décisions doivent servir les orientations business, mais elles ne peuvent en aucun cas être en contradiction avec les valeurs affichées, quel que soit le niveau de décision pris.
+Ouvre la Boîte à Rêves

Méthodologie

Cette étude n’aurait jamais vu le jour sans la participation de 2 500 Français, Hommes et Femmes, qui, du 28 septembre au 4 novembre 2015, ont pris le temps de répondre au questionnaire qui leur a été soumis de manière exclusivement virale via des réseaux sociaux comme Twitter ou LinkedIn, le site internet Lesechos.fr ou encore via e-mail pour certaines entreprises privées ou certaines grandes écoles et universités.

Par le choix des canaux utilisés, le panel de répondants présente certaines caractéristiques : il s’agit, pour plus de 70%, de répondants jeunes (moins de 35 ans), cadres et salariés à plein temps.
Avant de procéder à l’analyse des résultats, Capgemini Consulting a pris les précautions suivantes :
  • l’échantillon a été repondéré afin d’obtenir une parité Hommes-Femmes ;
  • les doublons ont été supprimés de manière manuelle, afin de garder la réponse la plus complète ;
  • pour les analyses de tris à plat et de tris croisés, seuls les questionnaires complétés à 40% et plus ont été sélectionnés ;
  • pour l’analyse de profiling :
    • seuls les questionnaires complétés à 100% ont été sélectionnés ,
    • les réponses en dehors des choix suggérés ont été écartées.
Dans le cadre de cette étude, Capgemini Consulting a recouru à trois types d’analyse, en s’appuyant sur ses équipes dédiées en Big Data Analytics :
  • les tris à plat, qui permettent une analyse brute de chacune des questions posées ;
  • les tris croisés, qui permettent une première segmentation, et mettent en évidence l’existence de variables explicatives et de corrélations entre deux variables en croisant les résultats sur plusieurs questions ;
  • le profiling, qui permet l’identification de « familles de répondants ».
Cette dernière méthode, la plus complexe, mais aussi la plus riche, suit trois étapes :
  1. une analyse des correspondances multiples permettant de trouver la distance entre les individus en fonction de leurs réponses aux différentes questions ;
  2. une analyse de clustering, regroupant les individus au sein de segments les plus homogènes possibles ;
  3. une caractérisation des différents segments analysant leurs réponses (exemple : les personnes qui ont répondu A à la question 1 ont aussi très majoritairement répondu B à la question 2)